LE @ Devoir  formatif : comment l’élaborer

 

A quoi sert le devoir formatif ?  Etude des résultats ; analyse ; résultats escomptés….

 

 

Tout  apprentissage dans une leçon ou  un objectif   de  formation ,en  mathématiques, doit être validée par un responsable « formateur » . puisque toute formation nécessite une période d’apprentissage, La validation de  ces apprentissages » est subordonnée  par la réussite « obligatoire » d’ un devoir  .

 

Ce devoir va permettre ,au maître ,de contrôler que « ce qui doit être su est effectivement appris»  et il doit aussi « évaluer »  , que  ce qui est appris est exploitable par l’élève ( pour que soit  validées toutes les compétences visées. )

 

Il faut donc :« CONTROLER » :       ( la première  partie du travail n’est  pas une évaluation mais un contrôle)

 

Il faut aussi « EVALUER »

L’ évaluation formative est la deuxième partie  du devoir formatif .

Pour un professeur conduire une formation en formation  et suivi  individualisé ,  en mathématique,  c’est donner une information cours et donner à préparer ces deux épreuves. Dans un délai « négocié » il doit faire passer ces épreuves en classe . Il va ensuite prendre appui sur les erreurs constatées dans le devoir pour réaliser des activités de médiation et rattrapage .

 

La  formation individualisée ( intègre le suivi individualisé ) ne peut être  effective et  réalisable que si l’on a  clairement  identifié et listé le contenu des savoir et savoir faire qu’il faut capitaliser , au fur et à mesure de l’avancée dans l’acquisition de ces connaissances .

 

Le  programme de formation est connu il doit être découpé en « objectif -cours » ou « chapitre de leçon » ,.

Pour chaque étape  on  définit  l ‘ objectif  à atteindre et les compétences à atteindre.

 

Pour chaque objectif cours  et  en prenant appui sur les compétences visées, on  liste    l’intégralité des  savoirs  à capitaliser  et « savoir - faire » qui devront maîtrisés et faire l’objet d’une validation.

 

Après ce travail , Il est possible d’élaborer pour  chaque objectif , pour chaque niveau ,  un devoir formatif , qui devient un contrat , qui définit  les minima à faire valider.

 

 

Ce contrat est communiqué  et  donné :

 

 - avant la formation (pour l’informer celui qui va se former sur ce que l’on veut qu’il soit su et appris).

-  pendant la formation : il sert à accompagner celui qui se forme dans ses apprentissages, il faut apprendre et s’entraîner à réussir le devoir.

 

-  comme devoir pour vérifier si l’ apprentissage est correct et si le niveau  est  atteint  Ce devoir est un travail de récitation et de réalisation , c’est une répétition , par écrit des travaux précédents.

 

- il est réutilisé , en rattrapage ,  pour compléter l’ apprentissage en formation complémentaire. (en cas de  renégociation) .

 

Ce contrat  est toujours  réutilisé.

 

En général, un objectif  (2)   se situe  après un objectif (1)   et  avant un autre objectif (3) . L’objectif (1)  est, après avoir été traité, un objectif  « pré requis » (4) pour travailler un autre l’objectif  immédiatement  supérieur.

 

Ce « contrat »  qui est  utilisé  dans toutes les phases des apprentissages est appelé :DEVOIR FORMATIF.

 

 

Sommaire : FORMATEUR

 

 

 

Posséder des connaissances : Posséder des connaissances , c’est  avoir accumulés ;  « capitalisés et organisés »  des savoirs  « déclaratifs » intentionnellement.

 Les savoirs  objets et  les savoirs procéduraux  pour imprégner le cerveau  doivent prendre  appui sur le développement cognitif , pour mettre en œuvre des compétences.  ( voir les stades « piagétiens »)

 

En  général , « l’ Ecole , le collège ou le lycée » évalue des compétences . Elle constate plus que l’on ne mesure des niveaux de compétences. « elle sanctionne un échec ou une  réussite »

 

« Réussir un  exercice en lien  avec une compétence  » ne signifie pas que l’on est capable de reproduire toutes les situations  du même type. Pour réaliser des compétences de même type , on raisonne sur des savoirs « capitalisés »  et « maîtrisés »  ( transférabilité  et adaptabilité) . 

( @ Intelligence ? )

 

Elaboration d’un devoir formatif.

Pour élaborer un devoir il faut posséder des écrits  :

- Le programme ,

-  le cours

-  le référentiel du niveau concerné ( collège 6ème  par exemple)  : ou (programme CAP niv V)

- des situations interdisciplinaires.

 

Chronologie :

Commentaires

 

 

A )  Prendre le programme L trouver l’intitulé de la leçon ;

 

 

B )  Prendre une leçon type ,

 

 

C )  Prendre le référentiel , en lien avec le niveau de la classe concernée,….

Le référentiel , liste   des compétences que doivent « atteindre  » et faire « valider »   après l’étude de la leçon . Chaque élève d’un même niveau « classe » !!!!! , Elles sont à observées et validées par  tous les élèves d’un même niveau

 

 

D) Elaborer un devoir : reprenant chaque point du référentiel à faire valider en fin de formation à la fin des activités formatives,..

Pour un exercice : on déterminera la compétence et on la mettra en lien avec une série de questions faisant appelle aux savoirs déclaratifs (objet et procéduraux) qui permettent  de réaliser complètement l’exercice.

 

 

E) Tester ce devoir

Analyser chaque erreur et modifier ou compléter le questionnaire .

 

 

F) La notation :

Contrôle : Toujours rester dans un système binaire ( A ou B ) ; réponse bonne « A », fausse « B » .

Evaluation : réserver 10/20 pour les exercices de base.

Le reste des exercices restent à l’appréciation du formateur.

Prévoir +2 points pour celui qui est très performant.

Compter le nombre de A sur le nombre de réponses bonnes espérées. Faire une péréquation pour obtenir une  note sur 20.

Donner toujours la possibilité de « négocier » pour rattraper un devoir !!!

 

Dans une leçon il peut y avoir plusieurs points  de performances à valider :

 

Analyse d’un devoir  donné :  ( Chronique  d’un échec annoncé ! » ) ou peut -on prévoir   ou    anticiper les échecs dans un devoir , peut -on les éviter ? .

 

Quel est le contenu de la leçon : « discours » ; à  quel  niveau de formation , pour  quelle classe ?

 

 

Quels sont les pré requis ? : implicites et explicites   sur les quels on s’appuie  pour  mettre en lien la nouvelle information à maîtriser?

- sur quels savoirs acquis ? sur quels savoirs - faire ?

 

 

-  Quelles sont les nouvelles  compétences  visées ?

 

 

Pour élaborer  un devoir , on doit  connaître et    lister la ou  les compétences à atteindre .

 

Pré requis : Pour chaque compétence  référencée il faut  lister les savoirs pré requis, et les savoirs faire  pré requis.

 

Valider une compétence ? :

Pour se former en vu de valider une compétence il faut :

A partir de la définition de la  compétence :

Le professeur  doit lister les   savoirs déclaratifs  qui vont permettre de réaliser cette compétence. Ces savoirs dit « déclaratifs » sont :

-         Les savoirs déclaratifs objets

-         et  les savoirs déclaratifs procéduraux , lorsque l’on fait appelle à plusieurs savoirs « objets »  utilisés en interaction , et dont  on fait appel  pour « faire ou réaliser » .

 

Ce sont ces savoirs que doivent  capitaliser l’élève.

 

 Le référentiel définit une « compétence » , il n’informe pas sur la manière dont on réalisera cette compétence . Il ne dit pas ce qu’il faut « savoir », et à quels savoirs on fait appel  pour reproduire sans erreur cette compétence.

 

Ces « savoirs » sont indispensables, lorsque l’on interroge un élève qui ne parvient pas à « faire un exercice », on fait appel à ce qu’il sait , pour identifier ce qu’il ne sait pas , ou qu’il sait mal , ou incomplètement. On fait appel à sa mémoire !!!!!! 

 

 

Comment parvenir à l’objectif ? : 

L’élève  ne sait pas réaliser , c’est  qu’ il ne maîtrise pas  le contenu de cours en lien avec la compétence rechercher ?

Il ne sait pas faire , on doit approfondir !!!!

-         Que ne comprend - t - il pas ?

-         que ne sait -il pas ?

-          S’il « sait », s’il   connaît quel lien n’a t -il pas  réalisé ????? avec ce qu’il devait savoir « avant » ??? 

-         Quels sont les pré requis qui ne serait pas maîtrisé , ??????

Pour pouvoir répondre à ces questions ;, il suffit de prendre l’élève en seul à seul  , lui  redonner la même  compétence  à réaliser ( exemple qu’est ce qu’une fraction ) et l’interroger : ( attention , on n’est plus dans l’activité de découverte qui consiste à retrouver une fraction parmi d’autres « opérations ». On ne réalise pas une activité pédagogique de formation , on cherche la raison qui empêche l’élève de développer sa compétence , c’est à dire qu’ il n’ est  pas  imprégné par un savoir  qui lui permet de réaliser une compétence particulière .

Exemple :

« mettre un nombre décimal sous forme d’une fraction et simplifier la fraction » : ici on doit appliquer un savoir déclaratif procédural .

 

la procédure : mettre le nombre sous forme d’une  écriture fractionnaire de dénominateur égal à 1 , multiplier le numérateur et le dénominateur par 10 ou un multiple de dix ( pour obtenir un numérateur et un dénominateur « entier » ) , puis  diviser  le numérateur et le dénominateur par un même nombre .

 

Pour réaliser cette procédure :  il  faut  en pré requis  :

-         savoir définir une fraction ,

-           on doit savoir définir un nombre décimal ,

-          on  doit savoir mettre un nombre entier sous forme de fraction ;

-         ensuite  il faut : savoir diviser  mentalement » un nombre entier par un nombre entier , (ce qui implique que l’élève connaît les tables de multiplication) , pour  pouvoir diviser deux nombres entiers avec le même diviseur , …….

 

Exemple d’une  compétence intermédiaire : on parle de « nombre décimal » ; qu’est qu’un nombre  décimal ? Connaît -il d’autres types de nombres (les entiers….) ? comment on identifie - t on ou reconnaît -on un nombre décimal écrit ? ,  en écrire  un et un autre  et un autre ; des petits , des grands,….Conclusion comment construit - on un nombre décimal ?  ( début de la réponse :avec des chiffres et une virgule !!!!!) on peut approfondir et  ainsi de suite ,….Ces savoirs déclaratifs devraient être « capitalisés » . On devrait savoir qu’ « un nombre décimal est un alignement de chiffres séparés par une virgule »

L’élève ne sait pas répondre , on est alors dans ce qu’on appelle les lacunes de l’élève : la remédiation s’impose !!!! Ce cheminement pour redescendre doit être une compétence indispensable que doit savoir mettre en œuvre un « pédagogue ».s’il veut  continuer à faire progresser un élève.

 

 Quel savoir  faut-il  capitaliser ?  pour le savoir il  suffit de noter les  questions posées à  un élève , lorsque celui ci n’a pas su réaliser un exercice ! 

Est ce des lacunes ? , des savoirs objets ? des savoirs procéduraux , qu’aurait -il du savoir pour réussir « cet » exercice ?

 

 

Exemple :Généralement on demande à l’élève s’ il sait définir une fraction ? comment on la reconnaît ? , comment on appelle le nombre du dessus ( ça veut dire qu’il y a un dessous) ,……;;;;;;; et ainsi de suite : quelle est la  différence : entre une fraction et une écriture fractionnaire ? ,…………, donne un exemple de fraction!!!!!)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Exemple : la fraction .

Niveau V

Programme

Référentiel

Leçon

Devoirs

interdisciplinarité

 

 

 

 

 

 

 

A partir d’ un point du référentiel : on détermine un objectif « à atteindre »

 

 

 

 

« si tu donnes des ordres à un homme ,

 Tu en as fait  ton esclave pour quelques instants,

 Si tu formes un homme ,

 Tu l’as rendu capable pour toute sa vie * »

 

* Paraphrase du dicton chinois 

« si tu donnes un poisson à un homme , tu l’as nourri pour la journée , si tu lui apprends à pêcher , tu l’as nourri pour toute sa vie »

 

«  trois choses donnent à l’Elève  la possibilité de dépasser le Maître : poser beaucoup de questions , retenir les réponses , enseigner. »

Jan Amos COMENIUS :

« La formation , cette formidable machine à réduire les inégalités , cet outil de dialogue et de démocratie dans la société ».